Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On est foutu, on pense trop ! - Serge Marquis

On est foutu, on pense trop ! - Serge Marquis

Pour quoi ? Pour prendre le contrôle sur le flot de pensées négatives anxiogènes qui s'insinue dans notre quotidien, devenir plus zen et maîtriser ainsi ses émotions.

Pour qui ? Pour les râleurs, les anxieux, ceux qui n'arrivent pas à se poser tranquillement pour regarder un film ou lire un bouquin.

 

 

 

 

Vous êtes décidés à stopper les râleries systématiques, à ne plus vous laisser atteindre par de petites tracasseries voire par de grosses contrariétés, ces pensées qui tournent inlassablement en boucle ou qui ne font qu'une brève apparition mais qui parasitent tout de même votre bonne humeur ? Serge Marquis avec sa bonne humeur contagieuse et son humour délicieux explique dans On est foutu, on pense trop ! comment stopper l'agitation qui règne dans l'esprit de chacun. Pour figurer ce bouillonnement, l'auteur a choisi un hamster, baptisé Pensouillard, qui tourne et tourne encore dans sa petite roue lancée à folle allure. Le but du livre est donc d'apprendre à sortir Pensouillard de sa roue, puis finalement de sa cage.

 

Serge Marquis explique dès les premières pages le rôle de l'ego, créateur de notre hamster personnel. Ce passage résume très bien la place que l'ego prend dans notre quotidien : « Il compare, juge, évalue, critique, attaque, blâme, méprise ou encense, adule, vante, séduit, etc. Il brasse tant de choses dans votre tête : ce qui existe et ce qui n'existe pas, ce qui va et ce qui ne va pas, ce qui s'explique et ce qui ne s'explique pas... ». Autant dire qu'il est omniprésent.

 

Alors comment lâcher-prise et se sortir de ce processus infernal ? Serge Marquis utilise l'expression « décroissance personnelle ». Il s'agit de décider de lâcher son ego, de redescendre, et d'être là. Juste là, dans le moment présent. Encore faut-il prendre conscience que notre hamster est parti tourner dans sa roue et arriver à l'en arracher... L'auteur nous propose une méthode en trois étapes qui consiste à détecter la présence du hamster dans sa roue, l'observer s'agiter et ensuite respirer par le nez. Pas si simple mais l'enthousiasme de Serge Marquis est communicatif et donne envie de combattre son propre hamster !

 

Un autre passage essentiel pour moi dans le livre est la place de la méditation dans notre quotidien. Serge Marquis est spécialiste de la santé mentale au travail. Lui aussi est partisan d'une pratique de la méditation régulière afin de faire « tomber Pensouillard sur le museau » et d'une méditation dans l'action, c'est à dire au moment où tout dans notre tête s'emballe, même si c'est un tsunami qui déboule à la place du hamster.

 

Je ne vous décris pas tous les chapitres. Je vous laisse le découvrir en son intégralité. J'ai eu la chance de rencontrer Serge Marquis et de pouvoir organiser sa conférence dans le cadre de mon travail. Il est adorable. Il est calme, drôle et intelligent. Son livre c'est tout lui. Et c'est pour ça que je le recommande systématiquement quand on me demande un livre de lâcher-prise. Je suis sûre que cette méthode fonctionne. Par ailleurs je la pratique aussi. La méditation aide déjà énormément à canaliser ces pensées parasites mais il y en a toujours pour se faufiler. Je me figure alors le hamster tourner. Et je le dégage aussitôt. Je gagne un temps précieux au travail. Je suis beaucoup plus concentrée sur ma tâche, sur mes conseils. Les hamsters des personnes que je croise dans ma journée ne m'atteignent plus beaucoup non plus. Rien de compliqué dans la lecture de cet ouvrage. Il s'adresse à tout le monde. Aucune contre-indication.

 

Je vous laisse découvrir Serge Marquis en vidéo. Vous allez passer un excellent moment instructif. Et très drôle.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Ou comment combattre la procrastination ? A creuser et voir donc. La voie du kaizen, l'art des améliorations progressives, est aussi une voie. Mais c'est vrai que l'on tergiverse trop, la solution est souvent l'action.
Répondre