Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jour où je me suis aimé pour de vrai - Serge Marquis

Le jour où je me suis aimé pour de vrai - Serge Marquis

 

Pour qui ? Tout le monde

Pour quoi ? Apprendre à discerner les facéties de notre ego.

 

En 2015 Serge Marquis nous apprenait à dompter Pensouillard, notre hamster mental beaucoup trop en forme, afin de lâcher-prise et de nous apaiser. Cette année l'auteur revient avec un nouveau livre, Le jour où je me suis aimé pour de vrai, et cette fois, c'est un roman. Le 1er roman de développement personnel que je lis sans grincer des dents, et surtout que je lis au-delà de la page 35.

 

« Le « qui » on pense être n'a jamais rien à voir

avec ce que l'on est en réalité »

 

L'histoire est racontée par Maryse, grande cancérologue reconnue, très fière d'être admirée et crainte par son entourage professionnel. Elle est maman de Charlot, jeune garçon de 9 ans qui a du mal à trouver de l'attention auprès de sa maman, tant l'ego de celle-ci prend déjà beaucoup de place dans ses pensées. La curiosité et la maturité extraordinaire de Charlot l'amènent un jour à se demander ce qu'est l'ego. Maryse, bien en peine pour le lui expliquer, cherche une réponse auprès d'un de ses collègues psychiatres, Georges, qui deviendra la 2e voix du roman et ainsi l'histoire se met en place. Et naît alors Egoman, entité sans visage qui sera l'objet d'étude de Charlot et qui deviendra au final celui de tous les personnages du roman.

 

« Devenir intelligent c'est apprendre à vivre

en permanence avec le printemps dans sa tête »

 

J'ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre avant la fin. Il me semble difficile de ne pas s'identifier à l'un des personnages. On est pris dans le tourbillon des pensées de chacun, on a envie de savoir où est-ce qu'ils vont aller, quel chemin ils vont décider de choisir ou de subir. Les lecteurs qui découvrent la psychanalyse ou qui se posent de vraies questions sur l'ego, lisent sans difficulté de compréhension, aucun terme compliqué n'est employé. Pas besoin d'ouvrir le dictionnaire. Et ceux qui sont déjà engagés dans un travail sur eux, auront une ou deux petites larmes comme moi, ou trouveront de nouvelles pistes de réflexion.

 

Sont abordés en autre les notions d'ego, de lâcher-prise, d'être en présence, c'est à dire dans l'instant présent. Un carnet est utile pour noter les réflexions inspirantes semées par les différents personnages au fil du récit. La figure de l'oignon pour expliquer le processus d'identification au début du livre est fabuleuse. Serge Marquis a ce don de donner du sens à tout le monde. Je vous conseille de regarder les vidéos de ces conférences. Et je vous conseille aussi cet article de blog

 

Pour finir, un clin d’œil est fait à Pensouillard au cours du récit car en effet, les deux livres sont totalement liés. Je pense que j'aurais préféré d'abord lire Le jour où je me suis aimé pour de vrai puis ensuite On est foutu, on pense trop ! Une histoire d'abord pour enclencher le processus de réflexion puis ensuite une analyse et des conseils pour agir.

 

Et vous, que préférez-vous lire pour vous éveiller ? Romans ou essais ? J'attends vos réponses.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
W
Envie de découvrir ce livre, de lâcher prise et de vivre à l'instant présent plutôt que de penser à demain. Encore un à mettre sur ma liste
Répondre
A
Il devrait te plaire normalement. Tu me diras ;)
R
Question difficile, à choisir entre le roman et l'essai. L'essai est un choix ; la réflexion naît naturellement dans la lecture. Dans le roman, il faut extraire ou se laisser interpeller. Néanmoins un roman permet de savoir ce qui nous préoccupe actuellement si l'on suit le flux de sa pensée, si on l'analyse... Mine de rien, cela peut être plus "efficace" dans un sens...
Répondre