Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Voilà ce que j'aurais dû dire

Voilà ce que j'aurais dû dire

Pour quoi ? Pour avoir un bon relationnel avec son entourage, principalement avec ses collègues, être en mesure de transmettre le message souhaité.

Pour qui ? Pour les personnes qui sont régulièrement en conflit avec leurs collègues, qui ont peur de s'exprimer en public, qui ont du mal à se faire entendre ou qui souhaitent être davantage performantes dans leurs échanges tout simplement.

 

 

 

Sur la couverture de Voilà ce que j'aurais dû dire publié chez Eyrolles, Jamel Debbouze affiche son enthousiasme pour ce livre : "J'aurais kiffé tomber sur ce bouquin plus tôt. Je serais devenu qui je suis plus tôt." Effectivement Voilà ce que j'aurais dû dire est un de ces livres inspirants qui nous permet de piocher des outils pour développer sa confiance en soi dans la relation à l'autre et oser avancer dans ses projets professionnels. Il se présente sous forme de fiches-outils d'une dizaine de pages chacune. Ces fiches s'articulent autour de trois fils conducteurs : "moi et moi-même", "moi et les autres" et "moi en avant", soit comment s'affirmer, comment communiquer et comment fédérer.

 

Si le début du livre s'adresse à tout le monde, une grosse partie est dédiée au monde professionnel.

 

Les six premières fiches abordent les notions de PNL, de communication non-violente, d'analyse transactionnelle... tout pour être dans un échange interpersonnel simple, posé, efficace. La fiche 13 nous initie aux comportements non verbaux, pour faire simple au décryptage des gestes (la synergologie est le terme approprié). Chacun peut lire ces fiches. Elles sont utiles au quotidien.

 

Ensuite les auteurs nous proposent des outils pour notre vie professionnelle : comment gérer notre relationnel lors de réunions, de la gestion d'équipe, de moments stressants...

 

Chaque fiche est accompagnée d'exercices et de flashcodes renvoyant au site http://www.nextlevelformation.fr/voilacequejauraisdudire/ Ils permettent soit de se remettre en question, soit de développer une compétence sociale/pro précise. Par exemple, l'exercice de la double écoute : "Glissez-vous dans la peau d'un président. Etes-vous capable de parler et d'écouter en même temps ?".

 

Chaque fiche de ce livre est utile. Leur concision n'enlève rien à leur pertinence. Au contraire. Les fiches sur l'analyse transactionnelle et le storytelling m'ont apporté des clés pour modifier mon comportement. Bien évidemment ce livre ne va pas transformer à lui tout seul vos schémas de relation à l'autre. Mais il peut vous donner des éclairages ou un premier déclic. Les nombreux exercices sont pertinents. Difficile de ne pas en trouver un qui va être aidant. Ensuite vous pourrez compléter avec d'autres ouvrages plus développés sur le sujet qui nécessite votre attention.

 

Je le conseille aux employés, cadres, chefs d'entreprise, débordés, ou peu habitués à lire des ouvrages de psychologie ou de développement personnel.

 

Puis si vous voulez travailler davantage un aspect abordé dans Voilà ce que j'aurais dû dire, vous pouvez lire un des ouvrages suivants :

La communication efficace par la PNL , René de Lassus, Marabout

Le grand livre de la PNL, Catherine Cudicio, Eyrolles

L'analyse transactionnelle, Alain Cardon, Eyrolles

Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, Joule & Beauvois, PUG

Ces gestes qui vous trahissent, Joseph Messinger, J'ai lu

La synergologie, Philippe Turchet, Pocket

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs). Introduction à la Communication NonViolente, Marshall Rosenberg, La Découverte

Savoir dire non, Marie Haddou, J'ai lu

Le storytelling pas à pas, Wilfrid Gerber, Vuibert

La liste est non-exhaustive bien sûr. Je vous conseille ceux que je connais le mieux.

 

Laissez-moi un commentaire pour me dire si cette chronique vous a été utile. Ce blog est fait pour vous...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
J'y jetterai un oeil. Autant que ces astuces, est utile une "doctrine personnelle" lorsqu'il s'agit de manager ou d'organiser le travail pour un groupe. Par exemple, déterminer à l'avance quel comportement laisse-t-on passer, et là où l'on pose les lignes rouges. Exemple, les conflits d'égos. Exemple récent, j'étais contesté dans la présentation d'une formation par un stagiaire, je lui ai proposé sans agressivité d'argumenter autant qu'il voulait devant le groupe, et j'ai repris la main en 5 minutes. Je ne l'ai plus entendu par la suite... Prendre au pied de la lettre les critiques peut être intéressant.
Répondre